Téléphone, Internet

Le téléphone n’est pas un luxe, mais un outil de développement qui doit être à la portée de tous.

Il en est de même de l’internet qui doit être libéré et être à la portée de tous.

Le réseau doit être performant, de bonne fiabilité et couvrir tout le territoire.

Il doit être au moindre coût et accessible à tous ceux qui veulent entreprendre.

Mais le prix de vente serait exorbitant face au prix de revient réel. Un audit devrait  pouvoir le prouver. Une correction serait nécessaire.

A défaut, ces utilités publiques peuvent ruiner la population et le pays, comme cela semble d’ailleurs être le cas actuellement, et d’une manière pernicieuse, sans qu’on s’en rende compte, parce qu’il s’agit de service indspensable.

Ceci, d’autant plus qu’avec ces privatisations insuffisamment mûries, elles constituent des brèches déversant nos ressources financières vers l’extérieur, sans que cela inquiète, comme si cela n’intéressait personne.

Une meilleure régulation, ne serait-elle pas nécessaire ?

Une régulation doit être patriotique et économique.

Ne devrait-on pas savoir que l’argent nécessaire aux utilités publiques est une masse importante qui doit rester dans le pays et y circuler ?  

Une vraie régulation doit veiller à cela.

C’est la raison pour laquelle, on verra rarement un pays émergeant laisser ses utilités publiques entre des mains extérieures. Une privatisation aurait pu se faire, le temps de former ses cadres et autres travailleurs, pour une reprise en main de ces utilités publiques qui accaparent une grande masse d’argent sortant régulièrement des mains de la population.

Ne constate -ton pas la masse d’argent qui sort chaque année des mains de la population, sans rester dans le pays, pour satisfaire ces utilités publiques ?

A force d’en être ainsi pendant des années, n’est-il pas surprenant de constater l’appauvrissement continuel de la population locale ?

Par ailleurs, les tarifs étant tels que l’on s’empresse d’utiliser le moins possible ces utilités publiques relativement chères, cela ne traduirait-il pas leur utilisation improductive, ne permettant pas de prospecter vraiment, la population s’appauvrissant plutôt, d’année en année, tandis que ces opérateurs s’enrichissent d’une manière facile, de plus en plus  ?

Le levier que devrait constituer ces utilités publiques, serait-il vraiment efficace ?

Ne serait-il pas temps de remédier à ce problème ?

Les autorités concernées, ne devraient-elles pas remplir leurs obligations ?