Archives pour l'étiquette taxe

A propos de la TVA : jouerait-elle vraiment son rôle de levier économique ?

La TVA serait-elle mal connue ?

Beaucoup d’Etats l’utilisent pour remplir autant que possible les caisses du Trésor, comme faisant feu de tout bois, surtout les états africains, alors que ce rôle n’est pas vraiment exclusivement celui de la TVA.

Cette taxe est destinée à veiller sur une bonne structure de l’économie.

D’ailleurs, même les droits de douane ont le même rôle.

La TVA est la Taxe sur la Valeur Ajoutée.

Qu’est-ce qu’une valeur ajoutée ?

Eh bien si l’on prend l’exemple du menuisier qui achète un tronc d’arbre chez le bûcheron, l’équarrie, et fabrique avec une table , on peut dire qu’il lui a donné une valeur qui augmente son coût. (Bien entendu, il faut tenir compte de la préservation de la forêt en plantant). En s’enrichissant de cette valeur ajoutée, ce menuisier a en même temps enrichi le pays. Il a introduit une valeur ajoutée dans le pays. En réalité, il a fait de la croissance et a augmenté le PIB du pays. Si l’on estime cette valeur monétairement, le pays a alors le droit d’augmenter sa masse monétaire d’un montant égal, sans inflation, ceci étant valable tant que la table existera.

Par contre, le commerçant qui achète une table importée, pour la revendre en l’état dans le pays, ne lui a pas donné de valeur. Il n’a pas augmenté la valeur ajoutée du pays.

L’on peut constater d’ailleurs que ce menuisier s’est donné du travail, et en a également créé pour le commerçant qui va vendre la table, sans compter ceux qui l’on aidé à la fabriquer.

Si beaucoup de gens faisaient comme lui dans d’autres domaines comme l’agriculture, la pêche, l’élevage, et les mines, il y aurait une vraie croissance dans le pays et beaucoup d’emplois.

C’est la raison pour laquelle, pour encourager cette croissance, la TVA va constituer un outil précieux.

La table de ce menuisier fera l’objet d’une TVA nulle ou presque. Tandis que la table de ce commerçant va faire l’objet d’une TVA à un taux élevé, assez dissuasif pour le pousser à étendre ses activités dans la création de valeur ajoutée.  Une stratification des taux sera faite entre les extrêmes.

Cette TVA doit ainsi  jouer un rôle de levier, cherchant à amener la population à créer de la valeur ajoutée, et par conséquent des emplois dans le pays. En effet, ceci constitue un moyen beaucoup plus pragmatique pour pousser les gens à entreprendre, et donc lutter réellement contre le chômage.

Ceci doit être bien compris, avec une bonne information de la population, de façon à tendre vers une économie du pays bien structurée. Dès lors, les activités pourraient se développer d’une manière harmonieuse et converger vers une vraie croissance du PIB.

On comprend alors mal le fait que certains pays africains aillent jusqu’à uniformiser cette TVA, dans toute une communauté, en appliquant un taux quasi unique, sans distinction, sur tous les produits.

Celui qui crée de la valeur ajoutée, devrait-il être apprécié de la même façon que celui qui n’en crée pas ?

Cette TVA aurait-elle alors un sens ? Pourrait-elle alors jouer le rôle de levier qui lui est dévolu ?

Quant aux droits de douane, ils jouent le même rôle en essayant de dissuader ceux qui se contentent d’importer des produits finis de l’étranger, et en favorisant ceux qui augmentent la production interne du pays par la fabrication et l’exportation, ce qui devrait favoriser une balance des paiements évoluant positivement.

Les caisses du Trésor seraient alors durablement et solidement mieux remplies, car les activités internes vont pouvoir grossir harmonieusement, dans une bonne solidarité économique, et de ce fait, enrichir aussi bien l’Etat que la population, qui aura suffisamment de revenus pour payer ensuite l’impôt. Car il convient de savoir que c’est la population qui alimente l’Etat. Dès que la population s’appauvrit, l’Etat risque de faire également pareil, ce qui pourrait pousser ce dernier à dépendre forcément de l’extérieur, avec des dettes pénibles, dans une spirale dont il sera difficile de se départir.

Autant donc penser à bâtir une économie bien structurée, avec une TVA qui joue un vrai rôle de levier, pour la création de valeur ajoutée et d’emplois.