Archives pour la catégorie Route détériorée

A propos de nos routes : Mauvaise réalisation ou mauvais entretien ?

Beaucoup de routes sont actuellement dégradées dans Dakar et beaucoup d’autres villes du Sénégal. Le paradoxe est que cela ne semble préoccuper personne sinon ce conducteur qui tombe dessus, et qui semble l’oublier après.

  1. Y aurait-il un responsable chargé de surveiller l’état de ces routes et de les réparer ?
  2. Qui-est-ce responsable ?
  3. Est-il conscient de cette responsabilité ?
  4. Qui a réalisé cet investissement ?
  5. Pourquoi l’a-t-il réalisé ?
  6. Etait-ce pour dépenser simplement de l’argent ?
  7. N’est-ce pas qu’il s’agit d’un investissement qu’on a réalisé par ce qu’il était utile ?
  8. Ne l’est-il plus ?
  9. Cet investissement ne va –t-il pas vers un anéantissement ?
  10. Si cette utilité surgissait de nouveau, ne s’agirait-il pas d’un recommencement ?
  11. N’aurait-on pas fait mieux de l’entretenir ?
  12. Un pays qui a besoin de se développer et qui fait des investissements pour les regarder s’anéantir, comment pourrait-il atteindre son but ?
  13. Voilà des questions qui devraient nous interpeller tous.
  14. Et il y a des tas de routes dans cet état :
Ce véhicule taxi est obligé de se déporter sur gauche pour éviter ce grand trou. C'est sur l'axe entre Croisement Cambérène et Rond-Point La Case
Ce véhicule taxi est obligé de se déporter sur sa gauche pour éviter ce grand trou, au risque de faire face aux véhicules venant en sens inverse. C’est sur l’axe entre Croisement Cambérène et Rond-Point La Case.

Ce véhicule essaie de dévier ce grand trou sur la route. Il s'agit de l'axe entre Croisement Cambérène et RondPoint La Case

Ce véhicule essaie de dévier ce grand trou sur la route. Il s’agit encore de l’axe entre Croisement Cambérène et RondPoint La Case. Mais il y a du nouveau sur cet axe.

Sur la route bordant U16 aux Parcelles assainies, le manque d'intervention de l'ONAS s'en mêle.
Sur la route bordant U16 aux Parcelles assainies, le manque d’intervention de l’ONAS  s’en mêle (Photo prise le 14/11/2014).

A quand la Réfection de certaines routes à Cambérène ?

La route, appelée communément Tally Ndiaga Mbaye, qui a été construite au début des années  2000, a été une fierté des habitants du Quartier de Cambérène Islam.

Photo1621
Les traces de bitume ont disparu par endroit laissant du sable faisant croire qu’il n’y avait jamais eu de route.

Mais voilà que depuis quelques années, cette route est par endroit méconnaissable. La  détérioration est telle que certains véhicules taxis ne souhaitent guère y être fréquents.

Et pourtant à l’époque, l’autorité avait menacé toute entreprise réalisant de mauvaises routes de sanctions exemplaires.

L’on sait bien qu’une bonne route facilite le transport des populations ainsi que la disponibilité des conducteurs à l’emprunter. Par conséquent, son mauvais état porte préjudice aux populations concernées, par une difficulté de déplacement, ce qui influe également sur les biens et services devant leur parvenir.

Il était question de refaire cette route depuis une réunion d’information qui semblait plutôt viser autre chose.

Les dispositions devaient être prises pour que cette route soit faite avant l’hivernage de 2014 alors que nous sommes actuellement en Novembre, sans qu’un engin y ait soulevé de la poussière.

Photo1632
L’Entrepreneur chargé d’y réaliser des grilles réceptrices des eaux de pluie semble y avoir oublié ce matériel. Où est-il ? Où est le Maître d’Oeuvre ? Où est le Maître d’Ouvrage ?

Il semble que les travaux d’évacuation des eaux pluviales, au niveau du  jardin d’enfants, devaient constituer un préalable. Ces travaux sont terminés depuis quelques temps après avoir indisposé la circulation un bon bout de temps. L’on constate même que l’entrepreneur semble y avoir oublié du matériel ressemblant à un moule et qui gêne encore la circulation. Pourtant ce matériel semble pouvoir encore servir. Si ce n’est pas le cas, les travaux auraient du normalement prévoir une remise en état de propreté des lieux.

Photo1629
Voir ci-dessus.

Tout ceci résulte d’un manque de suivi aussi bien du côté du Maître d’œuvre que du côté de l’Entrepreneur.

Encore qu’il faut se poser la question de savoir si les travaux réalisés vont donner satisfaction, vu que, malgré les deux récepteurs qui y ont été réalisés, l’eau a stagné quelques mètres plus loin lors de cet hivernage de 2014, à un endroit où l’on pouvait s’attendre à un autre récepteur.

Pourvu que, lors de la réfection de la route, encore à ce jour attendue, il en soit pris compte pour que les eaux convergent vers les récepteurs réalisés.

Tout ceci contribue à convaincre la population sur le caractère aléatoire de ces promesses de nature plutôt politicienne, souvent servies en réponse d’attente, pour parer à une quelconque impatience.

Il est donc temps que les autorités chargées de réaliser de tels projets se mettent au travail pour ne pas attendre des périodes électorales pour s’adonner à de nouvelles promesses.

MND/17/11/2014