Accompagner certains secteurs apparemment délaissés

Il se trouve que la population africaine (sénégalaise en particulier) est composée d’une catégorie qualifiée d’informelle, plutôt majoritaire et concernant les activités suivantes :

  • l’agriculture, l’élevage, la pêche
  • la maçonnerie,
  • la réparation de véhicule (mécanique)
  • la menuiserie (bois)
  • la menuiserie métallique
  • la couture
  • le petit commerce, ainsi que les marchands dits ambulants

Cette catégorie constitue l’essentiel de la population, mais aussi l’essentiel de la consommation.  En réalité, c’est elle qui consomme et paie, en dernier ressort, avec sa maigre production, ce que les industries importatrices produisent, et par conséquent, les taxes permettant à l’Etat de survivre. Il convient donc de ne pas la négliger et de l’aider à se développer. En fait, on peut souvent déceler en elle des talents qu’il convient d’encourager, vu qu’ils pourront donner lieu à de grandes entreprises et sortir de l’informel.

En effet, c’est dans cette frange plutôt sous estimée, qu’il conviendrait de chercher les futures PME et PMI.

Il serait intéressant de les encourager, et de les encadrer dans ce sens. En particulier, les sénégalais de l’extérieur ne devraient pas manquer de les appuyer en faisant connaître leurs produits dans les domaines :

  • de la transformation et de la conservation des produits locaux provenant de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage
  • de la couture, de l’habillement
  • etc….

L’on peut constater parmi ces gens des réparateurs, dans la mécanique, capables de réhabiliter une voiture et de la rendre presque neuve.  Encore faudrait-il qu’ils puissent disposer de moyens adéquats comme des outils modernes, des machines de cintrage, des machines à souder, à peindre etc.… Malheureusement ils sont délaissés, et sont souvent expulsés des lieux qu’ils occupent, pourchassés par ces promoteurs et gérants du foncier, profitant d’une certaine suprématie qu’ils auraient sur la connaissance et la gestion des textes pour s’approprier les terres ou s’enrichir avec. Cela doit cesser. On doit les réorganiser et leur trouver un site industriel équipé, qui pourrait être le départ de futures usines d’assemblage et de fabrication.

Ces mécaniciens réparateurs de véhicules, qu'on chasse de terrain en terrain.
Ces mécaniciens réparateurs de véhicules, qu’on chasse de terrain en terrain.
Ils sont laissés à eux-mêmes, se débrouillant comme ils peuvent. Il conviendrait de les réorganiser. Ils seraient capables de former une équipe et assembler des véhicules, et constituer la base de futures usines dans le pays, si on les organise.
Ils sont laissés à eux-mêmes, se débrouillant comme ils peuvent. Il conviendrait de les réorganiser. Ils seraient capables de former une équipe et assembler des véhicules, et constituer la base de futures usines dans le pays, si on les organise.

De même, tous les autres dans leurs différents domaines, devraient être aidés à acquérir des outillages leur permettant d’être plus efficients dans leur travail.

  • Pour les maçons : il faudrait des bétonneuses mobiles modernes, des échafauds, etc…
  • Pour les menuisiers : il faudrait des tours, cintreuses, fraiseuses, scies sauteuses, etc..
  • Pour les mécaniciens tôliers et peintres : il faudrait des outillages modernes, des machines de soudage, cintreuses, des enceintes destinées à la peinture rapide, etc….
  • Pour les couturiers, il faudrait des machines pour la broderie moderne, non seulement pour la population civile mais aussi pour équiper nos corps militaires et paramilitaires.
  • Pour les agriculteurs, il faudrait des tracteurs pour la semence et le labour, des  moissonneuses batteuses, du matériel d’arrosage etc…
  • Pour les pêcheurs, il conviendrait des les équiper non seulement en petits matériels de pêche, mais également en bateaux chalutiers, etc…
  • Pour les éleveurs, il faudrait du matériel à traire le lait, pour son traitement et sa conservation.

Etc..

Ainsi, si chacun s’y met, cette catégorie, qui fait, en fait, la vraie croissance du pays, pourrait s’équiper petit à petit et sortir réellement de la pauvreté, pour une vraie émergence.

3 réflexions sur “ Accompagner certains secteurs apparemment délaissés ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*